Le vol du hanneton

 

J’aime beaucoup la nature, mais j’ai mis un peu de temps à m’habituer à fréquenter les insectes de près. Si maintenant les abeilles sont mes amies, cela n’a pas toujours été le cas… et j’ai encore un petit sursaut lorsque je croise araignées, mille pattes ou autres!

En ce moment ou il fait si chaud et ou l’arrosage de fin de journée est nécessaire; il y a un insecte qui m’embête et je viens de découvrir un peu mieux ce coupable! C’est le hanneton.

Il vole à la tombée du soir et il vrombit littéralement à mes oreilles alors que je m’applique à mes paisibles travaux du soir. Je cours me mettre à l’abri et guette son éloignement. Je retourne à mes travaux, mais il revient en rondes régulières.

hanneton ailes déployées
Hanneton dépliant ses ailes, cachées sous deux élytres.Un vol qui ne passe pas inaperçu!

Qui est il? comment m’en débarrasser? Dois je me résigner à faire ami avec lui? comme j’ai appris à aimer les abeilles, lorsque j’ai connu l’importance de leur travail?

Lors de mes recherches, je découvre que nous avons la « chance » que nos campagnes aient été largement arrosées d’insecticides autrefois. Il représentait en effet un véritable fléau à un époque, au point que l’on organisait des hannetonnages. Dans le département de la Mayenne, des études publiées autrefois, rapportent ces véritables ramassages organisés avec l’aide des écoliers du département. Ainsi en 1888 on rapporte la récolte de pas moins de 53 459 kilos de hannetons… que l’on faisait ensuite dissoudre dans de la chaux.

Pour plus de précisions sur ce passé historique , je vous renvoie vers le site d’André Lequet en suivant ce lien;

https://www.insectes-net.fr/melolontha/hannetonnage.htm

Au delà de l’histoire, ma curiosité m’a conduit à comprendre, comment chasser cet insecte. Car, non seulement il m’embête les soirs de fin juin, début juillet; mais aussi c’est un vorace dévoreur de feuilles. Et sa larve est un ravageur gourmand du potager.

larve de hanneton
La larve dodue du hanneton, un régal pour les poules ou une friandise pour les sangliers… dans mon jardin , un désastre pour les salades!

Pour le poursuivre, mieux vaut essayer de le traquer sous forme de larve… il se déplace moins vite! De plus sa présence se signale par le dépérissement des légumes sur lequel il a jeté son dévolu.

La femelle va pondre à maturité une vingtaine d’œufs qu’elle déposera en sol meuble à une quinzaine de centimètre sous terre. Cette larve mettra 3 ans pour arriver à maturité et s’envoler après sa métamorphose.

Durant ses trois années chaque printemps, elle remonte près de la surface pour se nourrir, des racines des légumes du potager. ( si elles ont été pondues près de leur réfectoire!)

Et c’est ainsi que je comprend maintenant que certaines salades ont l’air de se faner, sans que l’on observe d’insectes sur les feuilles. Et bien la prochaine qui a une mauvaise tête, j’irai voir à sa racine s’il n’y a pas une larve de hanneton!

Pour plus de précision pour cette chasse, je recommande les conseils de papy noun sur sa chaine youtube.

https://www.youtube.com/watch?v=k62hmUcUk0Q&feature=youtu.be

la cétoine dorée!
élégante , la cétoine dorée!

La larve du hanneton n’est pas à confondre avec la larve de la cétoine dorée qui est un insecte se nourrissant de plantes en décomposition. Bien que très ressemblante, elle, vit dans le compost ou les tas de feuilles ou herbes de tonte…

 

 

admin3927

Originaire de la Drome, j’ai 55ans.
J’ai toujours aimé lire. Je trouve que l’écrit est un partage qui favorise la rencontre de l’autre avec le temps d’intégrer, de comprendre et faire cheminer les idées échangées.
Je profite des nouveaux outils pour, peut être, créer des liens ou des ponts au delà des limites géographiques qui me sont accessibles dans l’instant par la magie d’internet.
Je suis professionnellement en reconversion et issue des métiers de la santé. Questionnée par les valeurs que je porte, dans un univers soumis à des contraintes d’entreprise sans en avoir les moyens, je choisis d’acquérir des compétences techniques en informatique de façon à poursuivre encore quelques années dans l’emploi. J’attends de cette reconversion qu’elle me permette un peu de distance par rapport aux situations humainement parfois bousculantes.
J’ai trois enfants jeunes adultes et leur autonomie me donne l’occasion d’être plus disponible pour satisfaire à mes passions de jardinage et réaliser ce tête à tête avec mon journal de bord sur ce blog.
J’évoquerai du coup un peu pèle mêle mes réflexions sur l’éducation, le jardin, la relation humaine…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *