Mon jardin, mon plaisir

 

 

La visite de notre future maison,

Un coup de coeur, un bout de terre….

 

En acquérant notre bout de jardin, j’ai trouvé tout de suite du plaisir à toucher, gratter, planter dans cette terre brune. Son odeur m’a tout de suite plu, sa texture, sa couleur. Notre jardin était resté inculte durant 8 années.

Dans sa broussaille, il était beau. On n’en a connu les contours qu’après avoir signé l’acte d’achat et c’était une surprise d’en trouver les limites.

 

Notre voisin, un homme retraité, bâti comme un bucheron venait en voiture de la ville voisine, travailler son potager. C’est lui qui m’a appris, donné mes premières boutures ou plants, les premiers conseils.

De l’autre coté du jardin, une dame âgée dont le gendre travaillait, en de beaux sillons droits, des pommes de terre, haricots, blettes, etc. Grâce à eux j’ai appris à regarder les montagnes pour savoir quand planter, ne pas être trop pressée surtout dans notre coin des bords de Chartreuse.

Cette terre, avait déjà crée l’échange, le partage entre nos trois jardins. Les récoltes ensuite n’ont pas manqué d’être partagées. Quel bonheur cette générosité du sol, quel plaisir la saveur de ce que l’on a fait pousser, quelle fierté de pouvoir offrir ou partager.

Mais le jardin donne aussi parfois des déceptions. Invasions de pucerons, grêle, limaces, viennent parfois décevoir notre attente après l’effort.

Alors c’est naturellement que je me suis mise en recherche des meilleures façons d’en prendre soin.