Composter, du trou au fond du jardin, aux lombrics dans le garage!

 

Utiliser les déchets de la cuisine, pour en faire un fertilisant, a été rapidement un objectif; une façon de faire d’une pierre deux coups.

le composteur bois , mis a disposition par le pays Voironnais

J’ai d’abord participé à la mise en place des composteurs par le pays Voironnais.

Joli bac de bois, il a recueilli toutes les épluchures mais aussi restes de bouquets puis feuilles fanées, fanes non utilisées. C’est pratique d’avoir sous la main ce grand bac. Ensuite, de là à réaliser avec un fertilisant pour le jardin… ce n’est pas la même! Trop de matières ligneuses, des longues périodes ou, le travail, la durée des jours.. ne permet pas de sortir s’occuper du compost, qu’il faut un minimum tourner et arroser éventuellement. Résultat , je récupère au bas du bac un peu de matière sombre et grasse que je mets au pied des tomates, par exemple, quand je les plante. Mais les quantités restent limitées et je garde toujours un bloc de végétaux mal décomposés et encombrants.

Deuxième étape, mon bac plat en fond de jardin, que j’ai rempli durant une année des déchets de pluche, de taille… Je vais le mettre en culture cette année. Je vais y planter mes courges car elles adorent le compost.

Et enfin ma dernière expérience; j’ai adopté des lombrics… pour qu’ils m’assistent dans la tache de compostage!

Aidée par le Pays Voironnais, j’ai répondu à une invitation à une formation qui ouvrait à la mise à disposition d’un lombricomposteur. Me voilà donc en réunion de formation avec une douzaine de personnes motivées autour de la table et un jeune animateur, féru en petites bêtes.  Nous allons tout savoir sur la vie des eisenia!

Des personnes déjà adeptes partagent leur expérience. C’est une soirée plutôt sympa, qui me voir repartir avec mon instrument… plutôt design et une poignée de vers. Notre formateur nous apprend les notions essentielles sur la gestion de l’humidité, l’équilibre carbone azote.

Une notice de poche, si on a oublié notre stylo pour les notes…nous accompagne!

La notice de montage… un peu de bricolage! tout simple..
les recettes de cuisine pour le démarrage.

L’azote, apporté par les déchets alimentaires, doit représenter 60 à 70% des matières déposées dans le lombricomposteur et le carbone, apporté par papier ou carton type boite à œuf, rouleau papier WC… représentera le complément. Il faudra éviter l’ail et l’oignon ( vermifuges..oui c’est plutôt recommandé pour nos enfants excités à la pleine lune!) mais aussi la viande, la graisse, et le agrumes ( pour les huiles essentielles contenues dans la peau… voir le chapitre sur l’orange!) Voilà le menu à composer pour voir grandir ma petite colonie débutante….

Un conseil surtout éviter le stress! Et oui, ces petites bêtes ont besoin de calme! éviter de les mettre à coté de la machine à laver ou de tout autre équipement qui pourrait entrainer du bruit, des vibrations…Éviter encore de soulever sans arrêt le couvercle, et de remuer la litière pour les rechercher; car ils n’aiment pas la lumière.

L’organisation de cette mise à disposition est bien réfléchie. En nous rassemblant autour de la table cela crée des liens, une communauté même , je dirais…Puisque lors de la mise à disposition nous pouvons bénéficier d’un lien vers un fichier de « donneurs de vers ». Il s’agit de propriétaires déjà experts, qui ont développé des colonies suffisantes pour partager leurs lombrics et lancer de nouveaux éleveurs.

Arrivé à la maison, je fais le montage.
Du beau matériel, fabriqué à Apprieu. C’est à coté; super!
Je trouve que finalement c’est un très bel objet.

J’installe mes petites bêtes et m’impatiente de voir grandir mon élevage. En effet au début il a du mal à consommer ma production de pluches car trop peu nombreux.

un peu de substrat; papier, carton, terreau, pour une bonne installation
la recette au complet!

J’ai alors fait appel aux donneurs de vers. A cette occasion sur la carte, je cherche un donneur pas trop loin. Anonyme, je n’en connais pas l’adresse. Je mets un message et j’ai la bonne surprise de retrouver une ancienne voisine. Retrouvailles sympa, échanges de conseils et.. des nouvelles de nos enfants. Je repars avec une petite boite de lombrics. Voilà ma colonie agrandie.

A ce jour, j’ai deux mois de recul et le bilan;

  • les vers mangent leur poids par jour! ( heureusement que je ne fais pas pareil!) Malgré leurs efforts mon composteur accueille les épluchures courantes d’une personne. J’ai un bac plein à 3/4. Peut être un peu juste pour une famille?
  • Par contre aucune odeur, pas de mouches, le lombricomposteur se fait oublier dans le décor.
  • Pas encore de production disponible pour le jardin mais la colonie s’est bien agrandie, est bien active… et je compte sur eux pour l’automne prochain!
Élégant, non, mon lombricomposteur?

Par ailleurs je trouve plutôt sympa de les voir travailler. Ils sont timides et jouent à cache cache dès que je soulève le tapis de protection.

Je vous tiens au courant de la production dès que possible.

 

 

 

 

 

admin3927

Originaire de la Drome, j’ai 55ans.
J’ai toujours aimé lire. Je trouve que l’écrit est un partage qui favorise la rencontre de l’autre avec le temps d’intégrer, de comprendre et faire cheminer les idées échangées.
Je profite des nouveaux outils pour, peut être, créer des liens ou des ponts au delà des limites géographiques qui me sont accessibles dans l’instant par la magie d’internet.
Je suis professionnellement en reconversion et issue des métiers de la santé. Questionnée par les valeurs que je porte, dans un univers soumis à des contraintes d’entreprise sans en avoir les moyens, je choisis d’acquérir des compétences techniques en informatique de façon à poursuivre encore quelques années dans l’emploi. J’attends de cette reconversion qu’elle me permette un peu de distance par rapport aux situations humainement parfois bousculantes.
J’ai trois enfants jeunes adultes et leur autonomie me donne l’occasion d’être plus disponible pour satisfaire à mes passions de jardinage et réaliser ce tête à tête avec mon journal de bord sur ce blog.
J’évoquerai du coup un peu pèle mêle mes réflexions sur l’éducation, le jardin, la relation humaine…

Une réflexion sur “ Composter, du trou au fond du jardin, aux lombrics dans le garage! ”

  • 26 mai 2017 à 10 h 10 min
    Permalink

    Aujourd’hui, première utilisation du lombrithé! 3mois après la mise en route de mon lombricomposteur, j’ai récupéré 100ml de liquide riche et réalisé un bel arrosoir d’engrais dont ont bénéficié le laurier rose et les ficus!

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *