C’est le printemps dans ma tête!

C’est le printemps dans ma tête!!

Mon cerveau bourgeonne de projets, d’envies, de curiosité…..

et si la cinquantaine c’était un deuxième printemps?

Je me sens libre de faire les choix qui me plaisent.

Alors qu’en période d’orientation professionnelle je ne pouvais envisager que de m’investir dans un métier ou « je puisse être utile » à ce jour je me rends compte que cela a crée une confusion et une insatisfaction.

En effet le milieu hospitalier,dans lequel je travaille, a développé un modèle économique d’entreprise, avec la rémunération à l’activité qui ne permet pas toujours d’être satisfait du service rendu.

La prise en charge de patients de plus en plus en souffrance, dans une société malade de solitude, de perte d’espoir, de dépendance, de misère sociale… crée une fidélisation négative des personnes prises en charge. On voit en effet revenir régulièrement les mêmes personnes pour lesquelles l’hôpital n’a pu être qu’un souffle d’air dans les problématiques de conjugopathies, burn out, addiction… Pour le personnel soignant cela génère un sentiment d’échec.

Conjugué aux exigences de rentabilité et aux contraintes budgétaires mon engagement professionnel avait perdu son sens.

Et si finalement rendre service relevait de ma posture privée?

Qu’enfin je mette mon travail à sa juste place? Un emploi, un gagne pain, une occupation socialement utile, certes, mais en me libérant de l’exigence de l’aide à l’autre en tant qu’individu. Après tout, il y a tant de lieu pour être utile quand on dispose de temps; aide au devoirs, associations….

et enfin cela n’empêche pas le travail d’être un espace de réalisation, de création, de découverte?

Il m’a fallu deux ans pour faire cheminer ces idées. Également des circonstances conjointes; comme le départ de collègues chères qui constituaient un support et avec lesquelles je trouvais, en équipe, un lieu de relations humaines véridiques, chaleureuses, bienveillantes…

Le départ, également, de mes enfants qui bouscule les repères et le sens que l’on donne au travail ( nourricier) Ce départ, qui avant d’être espace de liberté,  m’a laissé un temps désemparé! et m’a donné à gouter au « syndrome du nid vide ».

Ah, j’en avais bien entendu parler mais je me pensais préservée car plutôt d’une nature épicurienne, qui savais positiver… et bien , non , je n’ai pas été épargnée. J’ai vécu un certain blues, comme si je me mettais en position de veille. Une attente… qu’ils reviennent? ce dimanche, ce soir? qu’ils passent chercher une lessive ou aient besoin de la voiture?

Mais le temps, mon mari que j’ai pu retrouver différemment, et l’aide que mon entourage a su m’apporter, m’ont aidés.

J’ai découvert que ces départs donnent aussi du temps libre! Ce temps libre qui permet le travail d’élaboration de la pensée, la reprise d’activités oubliées comme la lecture, le cinéma des sorties. S’autoriser à prioriser son plaisir et ses envies. Je l’avais oublié.

Aujourd’hui j’ai fait ma rentrée scolaire dans le cadre d’un congé de formation professionnelle en formation d’adulte et j’ai la tête pleine de ces nouvelles ouvertures. Heureuse de découvrir et d’apprendre encore.

Je suis heureuse… et c’est le printemps dans ma tête!

 

 

 

 

 

 

admin3927

Originaire de la Drome, j’ai 55ans.
J’ai toujours aimé lire. Je trouve que l’écrit est un partage qui favorise la rencontre de l’autre avec le temps d’intégrer, de comprendre et faire cheminer les idées échangées.
Je profite des nouveaux outils pour, peut être, créer des liens ou des ponts au delà des limites géographiques qui me sont accessibles dans l’instant par la magie d’internet.
Je suis professionnellement en reconversion et issue des métiers de la santé. Questionnée par les valeurs que je porte, dans un univers soumis à des contraintes d’entreprise sans en avoir les moyens, je choisis d’acquérir des compétences techniques en informatique de façon à poursuivre encore quelques années dans l’emploi. J’attends de cette reconversion qu’elle me permette un peu de distance par rapport aux situations humainement parfois bousculantes.
J’ai trois enfants jeunes adultes et leur autonomie me donne l’occasion d’être plus disponible pour satisfaire à mes passions de jardinage et réaliser ce tête à tête avec mon journal de bord sur ce blog.
J’évoquerai du coup un peu pèle mêle mes réflexions sur l’éducation, le jardin, la relation humaine…

2 réflexions sur “ C’est le printemps dans ma tête! ”

  • 17 mai 2017 à 8 h 33 min
    Permalink

    Bonjour Catherine,
    Dans la lignée des nouvelles suite au week-end de janvier aux Amanins, je suis venu faire un tour sur tout blog, comme tu nous y avais invité.
    Merci pour ce partage de ce que tu vis ! Je me rend compte à quel point l’échange est important et les témoignages précieux. Chacun chemine sur son propre chemin, se questionne, cherche des réponses. Le partage d’expérience aide aussi à trouver des réponses.
    Je te souhaite beaucoup de lumière et d’enthousiasme sur ce nouveau chemin de vie !
    Au plaisir
    Maud

    Réponse
    • 17 mai 2017 à 18 h 58 min
      Permalink

      Bonjour Maud, je n’avais pas évoqué les Amanins mais ta réponse m’en donne l’occasion.
      C’est vrai que, cette journée vécue sur ce site paisible d’agroécologie à Roche sur Grâne, et la rencontre de personnes enthousiastes, m’a ouvert des possibles. J’ai une grande reconnaissance pour les témoins qui ont animés cette journée, et apprécié la volonté de chacun des participants d’engager un chemin de changement qui m’a donné l’élan.
      Amicalement
      Catherine

      Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *